Une campagne pour sensibiliser les agriculteurs à la détresse psychologique

22 novembre

Mirabel dénombre sur son territoire une imposante quantité d’entreprises agricoles qui sont établies sur 87% de sa superficie. L’agriculture est donc une importante facette de l’identité de la région, faisant de la pérennité de ces entreprises l’une des grandes priorités de l’administration municipale.

Bien qu’il soit essentiel de soutenir cette industrie par le biais de subventions, de prêts et d’autres outils économiques, le conseil municipal ne perd pas de vue l’importance d’agir pour la santé et le bien-être des entrepreneurs eux-mêmes. C’est pourquoi la Ville est devenue le plus important partenaire financier de l’organisme Écoute agricole qui, en collaboration avec la Corporation de développement communautaire (CDC) de Mirabel, déploie la campagne Et si c’était moi partout dans les régions des Laurentides et de l’Outaouais.

Par cette campagne de sensibilisation qui se concentre sur les défis vécus en agriculture dont la détresse, l’isolement, les conflits, le stress, le suicide et les finances, Écoute agricole agit contre la détresse psychologique et promeut de la santé mentale positive.

L’objectif principal de cette campagne est de briser les tabous, de permettre aux travailleurs du milieu agricole de sortir du silence et de normaliser la demande d’aide. Elle a été pensée pour les agriculteurs, mais puisque la détresse psychologique ne discrimine pas et affecte des résidents de toutes sortes, elle s’adresse également à la population en général.

Mirabel est fière de contribuer à des initiatives de la sorte qui mettent de l’avant des personnes inspirantes dont les histoires servent à éveiller la population sur l’enjeu de la santé mentale. En travaillant de concert avec des organismes tels que la CDC de Mirabel et Écoute Agricole, elle fait sa part dans la prévention de la détresse psychologique au sein de la population de la région. La campagne qui a commencé à la mi-novembre se poursuivra jusqu’au mois de décembre. Durant cette période, les témoignages seront diffusés sur les réseaux sociaux de l’organisme et de ses partenaires.

Actualité suivante

Les bibliothèques de Mirabel reconnues pour leur innovation