Enquête administrative policière

Rectification à la suite de propos tenus dans le cadre de l’émission Puisqu’il faut se lever

15 mai 2020

La Ville de Mirabel tient à rectifier les faits à la suite de la diffusion d’informations sur les ondes du 98.5 fm, le 15 mai 2020, qui fait mention d’une enquête administrative menée par la Ville de Mirabel. Il a été mentionné que la Ville réclame un montant de 8386 $ à deux policiers parce qu’ils ont endommagé des autos-patrouilles en roulant sur des nids-de-poule. 

Or, il est faux de mentionner que la Ville reproche aux policiers d’avoir eu deux incidents liés aux nids-de-poule. La Ville adresse cette réclamation aux policiers pour avoir poursuivi leur route sur plusieurs kilomètres, avec un véhicule potentiellement dangereux, au lieu de faire appel à une dépanneuse, et ce, après avoir constaté, par eux-mêmes, l’état des véhicules et des liquides qui s’en échappaient de même que l’apparition des voyants lumineux. Les dommages ont été causés par leur décision de reprendre la route avec ces véhicules et non d’avoir roulé dans un nid-de poule !

La Ville rappelle qu’elle a un devoir de protection envers ses citoyens, notamment en s’assurant que l’ensemble des employés puissent circuler dans des véhicules sécuritaires qui ne mettent pas en danger la vie des autres automobilistes.

Le Service de police de la Ville de Mirabel a d’abord préconisé une approche de sensibilisation et d’éducation auprès des deux policiers, afin qu’ils comprennent les bons comportements à adopter – plutôt que de leur imposer des mesures disciplinaires qui auraient pu nuire à leur cheminement de carrière, ce à quoi le syndicat a consenti.

La Ville de Mirabel trouve dommage que M. François Lemay, président de la Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ), considère la situation drôle alors qu’elle est, bien au contraire, très sérieuse. La Ville de Mirabel dénonce également le fait qu’une organisation syndicale profite des discussions tenues en comité de relations de travail (CRT) pour les étaler sur la place publique.

Actualité suivante

Nouvelle procédure pour le Service gratuit de clinique d’impôts