Rectification de la Ville à la suite d’un article publié dans La Presse

20 avril 2020

La Ville de Mirabel tient à rectifier les faits à la suite de la publication de l'article « Des policiers en retrait préventif et sans salaire  », signé par Hugo Pilon-Larose, dans La Presse. En effet, La Presse laisse entendre que les policiers doivent parfois s’isoler préventivement plus de deux semaines et subissent des pertes salariales.

Or, malgré ce qui a été diffusé dans l'article de La Presse, il n'y a aucun policier du Service de police de Mirabel qui a dû se mettre en isolement préventif après avoir été en contact avec la COVID-19 dans le cadre de son travail.

La Ville rappelle, qu’à chaque événement où il y a possibilité de contact avec la COVID-19, elle communique immédiatement avec la Direction de santé publique afin d’obtenir les recommandations à mettre en place et les applique sur-le-champ.

Par ailleurs, quelques policiers ont dû s'isoler pendant quatorze jours après un retour de voyage à l'étranger, mais ceux-ci n'ont subi aucune perte de rémunération.

Il faut également faire la différence entre un policier ayant une condition médicale personnelle et un policier en retrait préventif à la suite d’un contact, dans le cadre de son travail, avec des gens possiblement infectés par la COVID-19.

La Ville de Mirabel encense le travail de ses policiers qui sont au front afin d’assurer la sécurité publique et de protéger les citoyens. Les policiers exercent un travail extrêmement important en cette période de confinement sanitaire.

La Ville rappelle qu’elle met en place des mesures de protection pour l’ensemble de ses employés et prend des décisions à cet égard en fonction des recommandations de la Santé publique.

Actualité suivante

Suivis sur la crue printanière