Transactions effectuées par Bombardier

Mirabel renforce sa position dans le secteur de l’aéronautique

Dans le contexte des nombreux reportages dont Bombardier a fait l’objet ces derniers temps, le présent article vise à dresser le portrait de l’état actuel de la situation, en ce qui concerne les activités menées à Mirabel.

Tout d’abord, il importe de rappeler que depuis 2018, c’est le géant Airbus qui a pris les commandes de l’ex-CSeries de Bombardier (l’A220), produit et assemblé à Mirabel. C’est autour de 2 350 employés qui sont présentement affectés au programme de l’A220 à Mirabel, cette transaction n’ayant causé aucune perte d’emploi, au contraire. En fait, le carnet de commandes pour l’A220 s’est bien rempli depuis la prise de contrôle du programme, Airbus ayant les reins solides, ainsi qu’une bonne force de vente au sein de l’industrie aérospatiale mondiale. D’ailleurs, Airbus a annoncé, le 13 février dernier, la vente de 50 avions A220-300 au transporteur Green Africa Airways du Nigeria. Il s’agit là de la plus grosse commande d’A220 enregistrée sur le continent africain!

Selon l’entente intervenue avec Airbus en 2018, Bombardier détenait encore 33,55 % dans ce programme. Devant réduire son niveau d’endettement, Bombardier a confirmé, le 13 février, la vente de sa participation restante dans le programme de l’A220 à Airbus, ainsi qu’au gouvernement du Québec. La participation d’Airbus dans ce programme est ainsi portée à 75 %, et celle du gouvernement à 25 %. La part du gouvernement sera par ailleurs « rachetée par Airbus en 2026 », selon ce qui a été officiellement communiqué.

Cette transaction témoigne de la confiance d’Airbus et du gouvernement du Québec envers cet avion, et sécurise les emplois à Mirabel. Les syndicats ont d’ailleurs réagi positivement à cette nouvelle, d’autant plus qu’Airbus envisagerait même, présentement, accroître sa présence et prendre de l’expansion à Mirabel.

Relevons que le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, a fait la déclaration suivante, le 6 février dernier : « Je veux qu’Airbus veuille se servir de Mirabel, du Québec, comme d’une plateforme pour la croissance de l’A220 et d’autres projets ». Il s’agit là d’un message très fort et prometteur pour l’Aérocité internationale de Mirabel, et pour la poursuite de son développement.

Il importe de clarifier que pour la division des avions d’affaires de Bombardier, pour laquelle des négociations auraient eu lieu avec la compagnie américaine Textron, les activités sont essentiellement basées à Ville Saint-Laurent, et non à Mirabel.

Bombardier est toujours active à Mirabel pour la production et la maintenance de l’avion CRJ, autour de 450 employés y étant rattachés. Mitsubishi ayant racheté, en 2019, le programme CRJ de Bombardier, le dernier appareil devrait être assemblé au cours de 2020. Mitsubishi pourrait par ailleurs très bien conserver la maintenance de ces avions à Mirabel, ou utiliser les installations et les employés y étant affectés à d’autres fins.

En réponse à ces annonces économiques d’importance, le maire suppléant de Mirabel, M. Patrick Charbonneau, a réagi positivement « L’industrie aéronautique est bien vivante à Mirabel et l’activité y est plus importante qu’elle ne l’a jamais été ! Il s’agit de bonnes nouvelles pour nos travailleurs, et nous sommes fiers de l’expertise de pointe qu’ils ont développée chez nous », a-t-il affirmé.

Rappelons, pour terminer, que la Ville de Mirabel, en collaboration avec Aéroports de Montréal et d’autres joueurs clés de l’industrie aérospatiale du Grand Montréal, travaille présentement à obtenir la désignation officielle de « zone d’innovation » par le gouvernement du Québec. Le gouvernement a en effet amorcé une démarche visant à créer, à travers tout le Québec, des zones d’innovation de calibre international, qui se démarquent dans des secteurs technologiques d’avenir.

« Nous sommes déterminés à participer activement au mouvement que générera la création de zones d’innovation, dont l’objectif est de créer de la prospérité pour tous les Québécois », avait indiqué le maire Jean Bouchard, lors du dépôt du mémoire visant l’obtention de cette désignation en novembre dernier.

Actualité suivante

Bénévoles de l'année 2020

Suivis sur la COVID-19 La Ville fière de collaborer à une initiative inspirante La rôtisserie Saint-Hubert de Saint-Janvier offre 100 repas par semaine aux plus démunis Collecte des matières organiques hebdomadaires Aide financière Trois programmes de subvention pour l’environnement Avis d'ébullition : secteur de Saint-Benoît (LEVÉ) Subvention obtenue du ministère de la Sécurité publique La Ville de Mirabel agit en matière de santé mentale et de violence conjugale COVID-19 Fermeture de l'accès au parc régional du Bois-de-Belle-Rivière COVID-19 Frotter sans jeter ! COVID-19 Accès à l’aide alimentaire et à toutes les ressources nécessaires COVID-19 La période d’inscriptions aux camps de jour est reportée COVID-19 Station de vidange pour véhicules récréatifs non disponible à Saint-Canut COVID-19 Aucun don accepté dans les centres de dépannage COVID-19 L’accès aux parcs est permis pour la marche COVID-19 Fermeture des parcs et des aires de jeux M AVIS Êtes-vous abonné au système d'alertes citoyennes? COVID-19 La Ville maintiendra uniquement ses services essentiels Avis d'ébullition : secteur de Saint-Benoît (LEVÉ) Futurs établissements scolaires à Mirabel La Ville se mobilise pour offrir des écoles aux jeunes COVID-19 Les services aux entreprises sont maintenus Avis d'ébullition : secteur de Saint-Benoît (LEVÉ)